Le travail d’élaboration de notre proposition de loi

La classe de CM2 de l’école Pierre JONCHERY fait partie des 577 classes participant à la 21ème édition du Parlement des enfants, une par circonscription. Après avoir travaillé en classe sur le rôle du député, de l’Assemblée Nationale et du Sénat, sur l’élaboration d’une loi, nous nous engageons dans le défi qui nous est soumis  : écrire une proposition de loi ayant pour thème « les enjeux du changement climatique« . Nous devons pour cela respecter un formalisme très particulier qui nous amènera à opérer un gros travail dans le domaine de la langue. La proposition de loi doit comporter 4 articles au maximum et être accompagnée d’un exposé des motifs (expliquant ce qui nous amène à proposer cette loi, pourquoi nous pensons qu’elle aura un impact sur le réchauffement climatique). Nous vous proposons de suivre le cheminement de ce travail…

Les élèves avaient déjà travaillé l’an dernier avec M. LETURCQ sur l’énergie (distinction énergies fossiles / énergies renouvelables) et fait des expériences impliquant les énergies renouvelables (fabrication d’un four solaire pour faire cuire un oeuf, fabrication de biogaz).
Au regard du thème de travail, il a été convenu avec les élèves de partir de notre école et de voir ce qui avait été fait pour diminuer sa consommation d’énergie et donc son impact carbone, ce qui pouvait être envisagé à l’avenir. Le postulat était que la généralisation de dispositions à l’ensemble des établissements d’enseignement de France permettrait d’avoir un effet important sur les émissions de CO2 et servirait de moteur à la transition écologique (extension, généralisation). A ce stade, nous n’en savions pas plus sur ce qui pouvait être proposé.
1ère séquence de travail (4 séances) : Qu’est-ce que le changement climatique ? Quels sont ses enjeux ? Peut-on lutter contre lui ? (A l’aide d’un dossier documentaire)
2ème séquence de travail (3 séances) : Exploitation du dossier du collège Paul BERT de Chatou « le collège Paul Bert fait son bilan carbone » : il s’agit de la restitution d’un gros travail fait par cet établissement à l’aide de la méthodologie CAMPUS de l’ADEME. Nous mettons en évidence les 7 postes principaux d’émissions de CO2 dans un établissement scolaire, comprenons qu’il est possible de quantifier ses rejets annuels de gaz à effet de serre et de dégager un plan d’actions impliquant tous les acteurs / usagers (collectivité locale, administration, cantine scolaire, élèves, parents d’élèves, professeurs) pour réduire les émissions. Les élèves prennent conscience du fait que les 3 postes principaux d’émission de CO2 sont l’énergie, la restauration scolaire et les déplacements de personnes.
3ème séquence de travail (3 séances) : Nous faisons venir le mardi 26 janvier M. DUBREUIL (services technique de Châtelaillon) et le jeudi 28 janvier M. BAROCHE (régisseur des cantines scolaires de la ville) afin de leur poser un certain nombre de questions que nous nous posons sur notre école, en lien direct avec ce qui nous est apparu dans les séquences précédentes : l’école a été construite en 1956 (à une époque où l’énergie était bon marché), l’isolation a été refaite il y a 10 ans, des modifications au niveau du chauffage opérées ce qui a permis de générer d’importantes économies d’énergie (factures de gaz et d’électricité en diminution très sensible). Le cahier des charges de la société de restauration scolaire que représente M. BAROCHE a évolué depuis 15 ans (plus de produits locaux, introduction du bio, plus de fruits et légumes de saison). Les connaissances acquises précédemment permettent aux élèves de comprendre que ces évolutions ont permis de diminuer l’impact carbone de l’école sur les 15 dernières années, même si aucun bilan carbone n’a été fait. La synthèse faite ensuite montre que l’on peut s’inspirer de ce qui a été fait par le collège Paul BERT. La nécessité d’encourager plutôt que de contraindre (par quel moyen ? Cela reste en suspens) est mise en avant.
4ème séquence (2 séances, le mardi 2 février) : Groupes de travail pour dégager les priorités, les injonctions (phase préparatoire à la rédaction des articles) ; synthèses, votes, parmi les propositions, de ce que l’on doit retenir.
5ème séquence (3 séances, les jeudi 4 et vendredi 5 février) : Travail par groupe de rédaction des articles en utilisant les éléments dégagés dans la séquence précédente. Travail de rédaction minutieux : chaque mot est pesé, chaque expression est soumise au débat pour répondre aux indispensables exigences de précision des mots. Les compléments de phrases, les propositions qui composent les phrases complexes sont manipulés à outrance : c’est un  travail sur la langue mais aussi d’apprentissage de la démocratie car les propositions rédactionnelles, comme les articles au final, sont adoptées à la majorité absolue. Nous sommes légèrement en avance sur notre programme de travail.


La semaine du 8 au 12 février nous permettra de revenir sur notre proposition de loi et de préparer un questionnaire pour préparer la visite de Mme Suzanne TALLARD, députée de la 2ème circonscription de Charente-Maritime, à qui nous présenterons notre travail le vendredi.

Après les vacances d’hiver, les dix premiers jours de mars seront consacrés à l’exposé des motifs. Notre proposition de loi sera alors envoyée au jury académique, juste avant notre départ en classe de neige. Nous la mettrons en ligne sur ce blog à notre retour !

Participation de la classe de CM2 au 21ème Parlement des Enfants

La candidature de la classe de CM2 pour représenter la 2ème circonscription de Charente-Maritime au « 21ème Parlement des Enfants » a été retenue.

Le thème pour cette année est « les enjeux du changement climatique ». Ce sera pour les élèves l’occasion de travailler sur le développement durable et de prolonger ainsi le travail fait pour la classe de neige à Payolle sur les énergies renouvelables.

Au final, les élèves devront rédiger une proposition de loi et l’adresser au jury académique pour le 16 mars 2016.

Le calendrier de l’opération est consultable ci-dessous :

calendrier2016_basse_def-1-page1